Recherche
Accès direct
Accueil

En accélérant l’innovation par la recherche collaborative

Développer les innovations indispensables à la transition énergétique nécessite à la fois une vision globale des enjeux, des échanges permanents avec les différents acteurs des filières concernées et des moyens importants, sur le plan humain comme sur le plan économique. D’où la nécessité d’unir les efforts des acteurs publics et privés et d’associer les compétences.

En accélérant l’innovation par la recherche collaborative

Parce que la mise au point des NTE nécessite des installations importantes et coûteuses ainsi qu’une implication de tous les acteurs d’une filière, IFPEN est engagé dans la recherche collaborative. Des projets avec soutiens publics aux alliances, en passant par les instituts d’excellence ou les accords bilatéraux, tour d’horizon des enjeux et des différents aspects de cette approche collaborative.

4 bonnes raisons pour ne pas travailler seul

  1. Parce que le secteur est complexe et que les enjeux de la transition énergétique dépassent de loin les compétences techniques d’un seul organisme.
  2. Parce qu’il faut assurer et financer toutes les étapes nécessaires à la mise au point des NTE, du laboratoire au développement expérimental puis à l’industrialisation. Recherche fondamentale, pilotes, prototypes, installations préindustrielles, usines test... les investissements peuvent atteindre plusieurs centaines de millions d’euros.
  3. Parce que développer de nouvelles filières industrielles nécessite d’impliquer tous ceux qui interviennent sur la chaîne de l’innovation : acteurs académiques, organismes de recherche et industriels.
  4. Parce que mutualiser les compétences, les connaissances et les savoir-faire crée des synergies et accélère le processus d’innovation.

4 bonnes raisons de travailler en synergie

Entrer en mode collaboratif, c’est miser sur la complémentarité des compétences et le décloisonnement plutôt que sur la compétition. Et ce pour un triple avantage :

  • une plus grande efficacité, chacun se concentrant sur ses points forts ;
  • une source d’enrichissement mutuel et d’inspiration qui stimule la créativité des chercheurs ;
  • une taille critique qui augmente la force de frappe des projets.

C’est le choix qui est fait au travers du Système français de recherche et d’innovation (SFRI) mis en place par les pouvoirs publics en 2006. IFPEN s’y est impliqué dès sa création pour développer avec ses partenaires les solutions et filières de la transition énergétique. Sa valeur ajoutée réside dans un positionnement unique : passerelle entre recherche fondamentale et développement expérimental, entre monde académique et industrie, IFPEN traduit les problématiques des industriels en verrous scientifiques, c’est-à-dire en sujets de recherche. Cet engagement dans le SFRI se fait sous quatre formes :

  1. Via des projets collaboratifs soutenus par l’Ademe, l’ANR et le FUI, et via des accords bilatéraux avec des acteurs de la recherche publique. Citons par exemple les projets collaboratifs Biobutterfly sur le développement de caoutchoucs biosourcés pour les pneumatiques, ou encore 50CO2CARS, dont l’objectif est la mise au point d’un hybride diesel émettant 50 g de CO2/km.
  2. Au sein des alliances du SFRI chargées de formuler des feuilles de route par secteur et de coordonner des programmes de recherche entre les différents acteurs, comme l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie (Ancre) dont IFPEN est membre fondateur. Ou encore l’Alliance nationale pour l’environnement (AllEnvi), où IFPEN participe à trois groupes de travail sur les sciences de l’eau, la chimie durable et l’évaluation environnementale.
  3. Au travers des pôles de compétitivité dans lesquels IFPEN s’investit massivement. En tant que membre fondateur du pôle Axelera (Chimie et Environnement Lyon et Rhône-Alpes), directeur d’un programme du pôle Lyon Urban Truck and Bus (transports urbains), membre de la gouvernance du pôle System@tic (technologies numériques) et membre actif d’autres pôles, dont Mov’eo, Tenerrdis, Industrie et Agro-Ressources, ASTech Paris Région et Aerospace Valley. Convaincu du rôle déterminant de ces pôles pour le développement économique de la France, IFPEN propose en outre qu’ils contribuent et pilotent l’émergence de nouvelles filières industrielles. Celles-ci doivent entraîner dans leur sillage un ensemble de PME et TPE (petites, moyennes et très petites entreprises) pour les aider à se développer à l’international et à se transformer en ETI (entreprises de taille intermédiaire).
  4. Via le programme Investissements d’avenir du Grand emprunt, lancé par l’État en 2010. Il a en particulier donné lieu à la création des Instituts pour la transition énergétique (ITE), qui visent à doter la France de filières économiques compétitives dans des secteurs d’avenir liés aux énergies décarbonées. IFPEN est partenaire de quatre d’entre eux : Ideel (Lyon) sur l’usine du futur, VeDeCom (Versailles) dédié au véhicule décarbone, Pivert (Compiègne) consacré à la chimie du végétal, et France Energies Marines (Bretagne), qui vise à développer une plateforme d’excellence à Brest dans le domaine des énergies marines.
on-y-travaille
On y travaille

Powerful et Futurol, deux collaborations exemplaires

Parce qu’ils ont permis ou vont permettre de réaliser des avancées de grande envergure, les projets Powerful et Futurol illustrent bien les bénéfices d’une démarche collaborative.

Le projet européen Powerful, qui s’est terminé en 2014, a rassemblé dix-sept partenaires français et européens, industriels, scientifiques et académiques. Son objectif était de concevoir des véhicules urbains à basse consommation et faibles émissions de polluants. Parmi les pistes explorées, celle de la motorisation deux temps diesel, sur laquelle a travaillé IFPEN : un concept en rupture qui pourrait répondre à un besoin de marché émergent sur le segment des petites motorisations diesel.

Le projet Futurol, lancé en 2008, vise à mettre au point pour 2016 une filière française de production de bioéthanol lignocellulosique. Un marché est en train d’émerger au niveau mondial avec des premières industrielles en démarrage en Europe et aux États-Unis. Un pilote de développement de 1 tonne/jour a été opéré en 2014 et a permis d’engager la phase prototype visant à réduire les risques d’extrapolation industrielle. Sans les 11 partenaires permettant de couvrir l’ensemble de la filière, ce serait impossible. IFPEN y apporte son expertise dans les domaines du développement de procédés, des biotechnologies et de l’évaluation globale (analyse technico-économique et de cycle de vie).

RSS Plan du site Contacts Nous rejoindre Lettre d'information Charte utilisateur © 2018 IFP Energies nouvelles